pictoC'EST LE MOMENT D'ARRACHER LE SENECON DE JACOB

  • Présentation de la plante
  • Plante entière à floraison
  • Plante jeune
  • Fleur

C'est malheureusement devenu une information récurrente,

Le sénéçon de Jacob, particulièrement toxique pour les chevaux et les ruminants est facilement reconnaissable en ce moment.

C'est maintenant qu'il faut l'arracher avant qu'il ne monte en graines et ne se resème sur vos pâtures.

 

 

PRESENTATION DE LA PLANTE

Le Sénéçon de Jacob est l'une des nombreuses variétés de Sénéçon que l'on peut rencontrer en France. C'est une plante herbacée vivace de 50 cm à 120 cm de haut qui forme le plus souvent une tige droite portant un bouquet de fleurs jaunes à son sommet. Elle fleurit de juillet à septembre et est particulièrement résistante à la sécheresse et au froid. On la trouve partout, le long des routes et des voies ferrées, dans les friches, mais elle a aussi tendance à envahir les pâtures.

 

TOXICITE DE LA PLANTE

Toute la plante est toxique du fait de la présence d'alcaloïdes pyrrolizidiniques extrêmement toxiques pour le foie.

Il s'agit d'un intoxication par accumulation due à une consommation continue, y compris de faibles quantités sur une longue période. On parle de plusieurs semaines d'exposition avec une consommation quotidienne de 50 à 300 g par jour. Des consommations plus faibles mais continues peuvent également aboutir à l'intoxication.

La plante est assez amère, mais il semble que les chevaux la consomment relativement facilement. En outre, cette amertume disparait avec la déssication dans le foin.

 

SYMPTOMES DE L'INTOXICATION

L'évolution est le plus souvent chronique et les signes cliniques n'apparaissent que très longtemps après l'ingestion. Des delais d'apparition de plusieurs mois sont décrits y compris après que les animaux aient été soustrait à l'exposition à la plante.

Les signes cliniques observés sont ceux d'une insuffisance hépatique :

  • amaigrissement chronique et baisse d'appétit
  • Léthargie et état "dépressif"
  • coliques récididivantes frustres et ataxie parfois accompagnées d'ictère (jaunisse)
  • photosensibilisation en été
  • encéphalose hépatique au stade terminal avec hyperexcitation et comportement incohérent
  • mortalité dans 60 à 70 % des cas

 

TRAITEMENT

Il est illusoire et ne consiste qu'en un traitement symptômatique de l'insuffisance hépatique : drainage, perfusions et protecteurs hépatiques.

On pourra modifier l'alimentation en apportant des glucides de préférence et en limitant le taux de proteine de la ration.

Une surveillance des paramètres sanguins hépatiques est nécessaire sur les chevaux ayant pu être exposés.

 

PREVENTION

Elle consiste en l'arrachage des plantes avant la montée en graine et en leur destruction systématique. Ne mettez pas les plantes arrachées au compost ou sur le sol, la montée en graine se poursuivrait. Il faut les bruler ou les stocker en sac opaque afin de les faire pourrir